Rencontre avec Jean-Paul Guimond, Maître de tradition en chanson, animée par Élisabeth Gagnon.

Cabaret du Lion d'Or, 1676 zrue Ontario, est, Montréal

Jean-Paul Guimond naît en 1933 dans les Cantons-de-l’Est. Issu d’une vieille famille d’agriculteurs qui œuvre toujours sur ses terres ancestrales depuis 1849, il est originaire du village de Wotton, situé au sud d’Asbestos, où il a grandi au contact d’un environnement porté sur la chanson et les veillées. Il chante depuis son enfance. Son père Hormidas lui faisait pratiquer le chant dans l’étable dès l’âge de 8 ans. À l’époque, chaque maisonnée organisait des veillées du samedi soir qui se déroulaient du premier samedi avant Noël jusqu’au Carême. Les gens aimaient à danser sur des airs folkloriques. D’abord, Jean-Paul a su assimiler le répertoire de sa famille et de ses voisins, mais il s’est mis à constituer son propre répertoire. Dans les années 60-70, il a cessé de chanter complètement pendant presque un quart de siècle. C’est au début des années 1990 qu’il retrouve, via les galas folkloriques, une manière de fréquenter de nouveau le milieu musical. La rencontre charnière dans sa vie de chanteur s’est déroulée à Québec, le 28 novembre 1992, lors d’un atelier organisé par le Centre de Valorisation du Patrimoine Vivant. Jean-Paul y avait été convié par Claude Méthé. Il deviendra ensuite ambassadeur du folklore québécois à travers le Québec, le Canada et l’Europe. En 2005, Jean-Paul Guimond reçoit le Prix Aldor, créé à la mémoire de l’harmoniciste Aldor Morin. Aujourd’hui Jean-Paul, qui représente le chant traditionnel du Québec d’antan, interprète près de 800 chansons grâce à sa mémoire prodigieuse. Il joue aussi quelques airs bien connus à l’harmonica.